Avec une prévalence de 5 à 10 % de femmes concernées en France, le syndrome des ovaires polykystiques ou de kystes ovariens fait partie des maladies les plus rencontrées dans nos contrées. Seulement, si certaines femmes s’en sortent aisément quant à leur grossesse future, l’affaire est moins aisée à gérer pour certains couples qui rencontrent des problèmes de fertilité. Kyste ovarien et fertilité, quelle relation et surtout comment prendre en charge ?

Kyste ovarien : quelles conséquences dans la vie d’une femme ?

La littérature médicale s’accorde à dire que le développement d’un kyste ovarien est d’emblée bénin pour l’organisme de la femme. Cependant, ce kyste est susceptible d’entraîner une série de symptômes qui auront un impact plus ou moins important et à long terme sur la vie sexuelle de la femme. Et même sa capacité à procréer.

Concrètement, un kyste ovarien peut causer une anovulation. C’est-à-dire empêcher la production d’un ovule. Et lorsqu’on sait à quelle fin est voué l’ovule après fécondation par un spermatozoïde, aisé d’estimer la portée d’une telle conséquence.

Silhouette d’une femme enceinte – Crédits photo : Pixabay

En outre, du fait toujours de l’altération du fonctionnement de l’ovaire, le kyste peut supprimer ou retarder le cycle menstruel de la femme. Son organisme n’est donc pas préparé à l’implantation d’une grossesse puisque toutes les conditions n’ont pas été réunies.

Kyste ovarien : comment est posé le diagnostic ?

Le diagnostic d’un kyste ovarien dépend essentiellement du type de kyste dont il s’agit. On en distingue grossièrement deux : le kyste fonctionnel et le kyste organique.

Le kyste fonctionnel représente 90 % des kystes ovariens et son diagnostic est fondé en grande partie sur des examens paracliniques. Notamment l’échographie pelvienne. Le kyste organique qui est beaucoup plus rare est lui aussi diagnostiqué de la même manière, mais l’établissement d’un diagnostic de certitude est plus complexe.

Kyste ovarien : comment est-il pris en charge ?

Diverses méthodes thérapeutiques permettent de venir à bout d’un kyste ovarien. On peut citer la chirurgie (moins souvent utilisée) ou la prescription de méthodes hygiéno-diététiques servant surtout à aider le corps à réguler le fonctionnement des ovaires. Toutefois, en cas de difficultés de conception le praticien pourra prescrire des inducteurs d’ovulation.

Source :

Magic Maman

Recevez les actualités du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici