Source : Pixabay. Une inégalité dans les soins de santé entre les pays pauvres et riches.
Actualités

Les chances de survie des enfants atteints de cancer sont inférieures à 30 % dans les pays pauvres

Les chiffres révèlent une disparité frappante entre les taux de survie au cancer chez les enfants des pays en développement et ceux des pays riches. Plus de 80 % des enfants qui on a diagnostiqué la maladie dans les pays à revenu élevé vivront plus de cinq ans.

Pourtant, moins de 30 % des jeunes atteints de cancer dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ont les mêmes chances de survies, a indiqué une étude. Chaque année, plus de 429 000 enfants et adolescents développent un cancer. La grande majorité de ceux-ci sont originaires de pays en développement.

Des soins très précaires

L’échec du traitement est courant dans les pays pauvres pour diverses raisons, notamment les problèmes de diagnostic, les erreurs dans les diagnostics, le traitement inabordable… Pourtant, la plupart de ces raisons sont évitables.

Voici les pays les plus pauvres d’Afrique :

La recherche suggère que des interventions simples telles que fournir des repas gratuits et un logement temporaire pourraient aider à améliorer les taux de survie mondiaux. La pauvreté, le coût du traitement et la distance qui les sépare des centres de soins sont les principaux facteurs qui poussent les patients à abandonner leur traitement dans les pays en développement.

Des aides sont indispensables

En soutenant les professionnels de la santé et en éliminant les abandons, les pays les plus pauvres pourraient doubler leur taux actuel de survie au caner. Des interventions peu coûteuses et peu technologiques, comme l’offre d’un gîte gratuit aux patients qui viennent de l’extérieur pour obtenir un traitement, permettent d’éviter l’abandon et pourraient aider à la guérison.

Dans les principaux centres de traitement, le taux d’abandons est passé de 95 % à 30 % en Éthiopie, de 20 % à 2 % en Salvador et de 16 % à 0 % au Brésil. De telles interventions pourraient contribuer dans une large mesure à atteindre l’objectif de 60% de survie fixé par l’OMS pour tous les enfants atteints de cancer.

Source :

TheGuardian

Laisser une réponse

Marc
Rédacteur en chef sur allofamille.
Recevez les meilleurs articles par email chaque mardi et jeudi
+ +