Avec la liste d’attente qui ne cesse de s’allonger, avoir une place en crèche pour son enfant relève parfois du miracle. Bien qu’elle soit récente, la micro-crèche se révèle être une excellente alternative pour les parents. Elle permet à ceux qui n’ont pas pu avoir de place dans les crèches privées et municipales de trouver un établissement d’accueil pour leur enfant. Pratique pour offrir à votre bébé une transition en douceur du cocon familial vers le milieu collectif, voici l’essentiel à savoir sur la micro-crèche.

La micro-crèche : qu’est ce que c’est ?

La micro-crèche est un établissement d’accueil collectif qui ne reçoit pas plus de 10 enfants. L’âge de ces derniers est compris entre 10 semaines et 3 ans. Très organisée, elle accueille vos enfants dans un seul groupe afin de leur permettre de multiplier les occasions d’apprendre, ce qui amène les petits à imiter les plus grands qui au fil du temps gagnent en confiance et deviennent leurs modèles.

La micro-crèche vous permet également de faciliter la transition du milieu familial vers le milieu collectif à vos tout petits. Elle rend la socialisation des enfants plus facile grâce à son effectif très réduit. Pour bénéficier de ces avantages, il faut se rendre sur a-laube-des-sens.fr et bien choisir la micro-crèche dans laquelle votre enfant passera désormais ses journées.

Outre ce point, vous retrouvez des micro-crèches qui se différencient des autres à travers les programmes qu’ils proposent (nourriture bio, projet pédagogique, programme Montessori). Certains établissements sont même flexibles sur l’heure puisqu’ils s’adaptent aux horaires décalés ou atypiques des parents.

C’est la raison pour laquelle nous vous recommandons de vous renseigner auprès de plusieurs structures avant de faire votre choix. Cela vous permettra d’opter pour une structure qui répond à vos besoins.

micro-crèche

La micro-crèche : comment ça marche ?

Comme mentionné ci-dessus, la micro-crèche se différencie de la crèche classique par son effectif maximal de 10 enfants. Dans la majorité des cas, ces derniers sont âgés de 10 semaines à 3 ans. Cependant, certains établissements acceptent les enfants de 6 ans. Le lieu d’accueil doit toujours répondre aux normes de sécurité en vigueur. De même, il est aménagé de manière à favoriser la sécurité et l’éveil de vos enfants.

L’établissement n’est pas obligé d’avoir un médecin référent ou un directeur. Il doit par contre avoir un référent technique qui se chargera de la supervision des activités. Celui-ci doit obligatoirement être titulaire d’un diplôme de puériculture, d’éducateur de jeunes enfants ou de médecin. Il doit aussi avoir au moins trois ans d’expérience dans le domaine. En dehors de ces points, la micro-crèche est soumise à la même réglementation que les autres types de crèches.

En ce qui concerne sa gestion, elle est administrée par les collectivités territoriales, une mutuelle, une entreprise, une association, un centre communal d’action sociale, etc. À partir de cinq enfants, l’équipe en charge est, en plus du référent technique, constituée de deux personnes. Ces dernières sont titulaires d’un diplôme d’assistante maternelle agréé ou bénéficient de deux ans d’expérience auprès des enfants accompagnés d’une qualification de niveau V (CAP petit enfance).

Combien coûte une micro-crèche ?

Le tarif de l’inscription d’un enfant dans une micro-crèche varie d’un établissement à un autre. Vous devez comprendre que les conditions d’adhésion sont propres à chaque structure. Pour donc éviter de payer cher, nous vous recommandons de vous renseigner directement auprès des différentes micro-crèches de votre région. Cela vous permettra de choisir l’établissement qui répond le mieux à vos besoins.

Étant donné que les micro-crèches sont reconnues par la caisse d’allocations familiales, vous avez la possibilité de bénéficier d’aide pour l’inscription de votre enfant. Pour profiter de cette subvention, deux choix s’offrent à vous. Le premier vous permet de bénéficier d’une aide qui est directement versée à la micro-crèche par la CAF. Celle-ci permet de couvrir une partie des frais liés au fonctionnement de la structure. Pour déterminer le montant restant à votre charge, le gestionnaire tiendra compte du nombre d’enfants que vous avez à charge et de vos revenus.

Le second choix vous permet d’obtenir directement les subventions de la part de la CAF. Cette aide correspond au CMG (complément de libre choix du mode de garde) octroyé dans le cadre de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE). Ici, c’est en fonction du nombre d’enfants que vous avez à charge, de leur âge et de vos revenus que l’établissement calcule directement votre participation. Une fois les calculs effectués, vous vous retrouverez avec au moins 15 % des dépenses à votre charge pour l’inscription de l’enfant à la crèche.

Recevez les actualités du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici